Trace


Geneviève Ruest


15 janvier au 19 février 2005


Trace

Geneviève Ruest pose son regard créateur sur le corps humain, sur ses transformations et ses mutations d’un âge à l’autre pour cerner la mémoire qui fait de l’être humain un être unique et entier. « Quelle est cette mémoire qui est à la source de l’identité? » En scrutant et en fragmentant ainsi le corps, l’artiste met en relief les traces indélébiles de son bagage génétique et les marques qui—secrètement—se sont unies les unes aux autres pour former une unicité.

La réalité du cerveau est centrale. L’activité de la pensée participe à la construction et à la déconstruction de la réalité corporelle pour mener au dévoilement de son intériorité et de son fonctionnement. La notion de l’identité conçue par l’exploration du corps donne à cette œuvre une portée fascinante.

«Je trace non seulement les étapes à partir desquelles j’entre en contact avec la réalité de mon corps, mais je tente aussi de mettre en relief les traces indélébiles de mon bagage génétique et les marques qui, secrètement, se sont unies les unes aux autres pour faire de moi un être unique.» G. Ruest, Le Voyageur, 9 février 2005