Rah


Rah, artiste de la performance et des technologies numériques, est d’origine irano-canadienne. Ses œuvres ont été exposées à l’échelle nationale et internationale : Museum London, Williams College Museum of Art (Williamstown, Massachusetts), Miami Art Basel, Images (Toronto), Nieuwe Vide (Haarlem, Pays-Bas), Pao Festival (Oslo, Norvège), Kunst Am Spreeknie (Berlin, Allemagne), Kunsthaus Graz Museum (Graz, Autriche), et Centre culturel Onassis (Athènes, Grèce). Elle a remporté de nombreux prix : finaliste Équipe Canada en arts numériques, bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec pour la recherche et la production en arts numériques (2014) et le cinéma (2015) et bourse d’études supérieures du Canada du CRSH. Elle a été choisie comme artiste en résidence à maintes reprises : Koumaria (Grèce, 2016), AX Gallery (Berlin, 2016), MUU Galleria (Helsinki, 2015), Studio Das Weisse Haus (Vienne, 2014) et la résidence Georgia Fee d’ArtSlant (Paris).

Quel est le sens de l’expérience de la diaspora des femmes iraniennes? Du point de vue culturel, elle peut signifier des sentiments de décalage et de perte. Elle peut aussi signifier l’adoption de valeurs et d’idéologies provenant de deux ensembles de normes et de croyances sociales différentes et parfois même opposées. Une personne diasporique peut avoir fait le choix de migrer ou elle a pu être obligée de migrer.

 

Dans son travail, Rah examine et critique les stéréotypes visuels et les aspects performatifs qui façonnent l’identité sexuelle féminine et l’identité ethnique iranienne. Sa perspective est celle d’une femme irano-canadienne qui affirme l’identité sexuelle et culturelle tout en la remettant en question. Notamment, elle s’intéresse aux performances qui expriment ces genres d’identité et elle s’interroge sur la valeur et la légitimité de l’expression identitaire et culturelle. Elle examine aussi les facteurs externes d’ordre sociopolitique, temporel, linguistique et spatial qui concourent à la formation de l’identité.



Suivre l’artiste