Tenderly Coded


Sonia Ekiyor-Katimi


juillet - août 2021


Résidence à domicile
&
Conversation virtuelle avec l'artiste


Conversation virtuelle avec Sonia Ekiyor-Katimi
Le vendredi 1er octobre 2021, à 17h30 HNE
En ligne, sur Zoom
Inscrivez-vous ici

La Galerie du Nouvel-Ontario vous invite à participer à une conversation virtuelle mettant en vedette l’artiste en résidence Sonia Ekiyor-Katimi. Au cours de cet événement, l’artiste discutera de son nouveau projet « Tenderly Coded », partagera les œuvres produites lore de sa résidence, et parlera à la fois des défis et des expériences enrichissantes de l’exploration de l’identité queer en tant que sujet dans sa pratique artistique.

Cette conversation sera menée en anglais.

Une brève séance de questions-réponses avec le public suivra.


Grandir secrètement queer affecte un enfant de nombreuses manières négatives, mais l’une des plus accablantes est le fardeau de la honte. Bien que nos sociétés nous aient appris à avoir honte du désir sexuel, ce jugement affecte de manière disproportionnée les personnes queer. Alors que certaines communautés ont le privilège de commencer à se débarrasser de cette honte, nous, parmi la communauté queer, continuons de voir la réalité de nos amours, de notre intimité et de notre vulnérabilité réduite à de simples perversions déviantes. Qu’une personne queer soit réellement sexuelle ou non, nous ne pouvons éviter ni déterminer notre représentation et notre fréquente hyper sexualisation dans les médias, ce qui laisse les réalités de notre amour largement inexaminées. Les intersections de la race, de l’handicap et du genre obscurcissent ce sujet derrière davantage de jugement, de silence et de honte.

En tant qu’artiste, je suis fasciné par la nature magnétique de l’attraction queer et son langage secret du désir. Cultivé à travers des siècles de secret, suscité par des regards furtifs, une caresse volée, un silence pesant, c’est ce langage que je souhaite explorer. À travers des entretiens et des portraits multimédias, cette résidence partage les histoires de trois personnes (Kawtar, Gaia et Princesse) aux identités et expériences variées avec l’identité queer et la diaspora. Ces portraits présentent une histoire subtile d’amour (de soi), d’expression et de communauté dans le but de donner une représentation digne aux personnes queer dont les origines rejettent cette expression de soi.

Bien qu’il commence par trois entretiens lors de cette résidence, mon but est de présenter un corpus d’œuvres plus large qui est lisible comme un lexique de l’amour et du désir, qui transgresse la respectabilité, l’objectivation et la sexualisation, et élève, au-dessus de tout, la beauté intime de l’amour queer.


L'artiste

D’origine nigériane, Sonia Ekiyor-Katimi est artiste non binaire autodidacte et designer en architecture vivant au Canada. Iel a récemment terminé sa maîtrise en architecture et explore maintenant sa pratique artistique personnelle. Ekiyor-Katimi s’intéresse à l’identité queer à travers les arts communautaires en participant à des panels intersectionnels et à des collaborations multidisciplinaires tels que le festival Up Here, Nuit Blanche (Sudbury et Montréal), les panels de Black Lives Matter Sudbury, et des installations de groupe pour des festivals à venir.



Pour lire les trois entrevues, cliquez ici.