Place


Olivier Masmonteil


21 avril au 18 mai 2012


exposition du 21 avril au 18 mai 2012

commissaire : William Huffman



Le paysage perdure comme un des genres le plus irrépressible dans le domaine de l’expression créative. Aussi large que les médias multiples et assujettie à l’ampleur de l’interprétation, le paysage demeure fermement enchâssé dans le lexique de l’art visuel et le vocabulaire des publics contemporains. Cette exposition intitulée «Place» tire son langage, en partie du moins, de la solidité de cette tradition. Cependant la résonance de «Place» témoigne de l’ambiguïté de la mémoire, de la nature instable de la récognition et de l’influence souvent irrationnelle de la nostalgie.

Olivier Masmonteil – un peintre prolifique de plusieurs milles peintures de paysages évocateurs et moroses inspirées de ses nombreux voyages – expose ici de ses toiles grand format. Brièvement sa démarche artistique est de la fantaisie et de l’hybride – on a dit que son travail possédait une dualité distincte de la substance et de la forme, du sujet et de l’objet, du contenu et du contenant. Structurellement, Masmonteil compose avec une formule simple mais efficace, en combinant un avant-plan d’une certaine location avec un arrière-plan d’une toute autre.

C’est ainsi qu’il construit des nouveaux lieux crédibles en fusionnant peut-être des déserts d’Algiers avec des ciels de Bretagne ou des formations de nuages de Marseille avec une plage du littoral Africain. Je m’intéresse au travail de Masmonteil parce qu’il crée un sentiment fictif d’appartenance ou de nostalgie en créant des endroits qui sont d’une part reconnaissables laissant le spectateur extraire une familiarité des couleurs, des formes sous la géographie, pendant que d’autre part nous demeurons incapables de pleinement situer le lieu. Pour cette exposition, j’ai choisi des œuvres qui ressemblent au Nord de l’Ontario – des images qu’on doit lire initialement comme des visions locales mais, en réalité, ces terres étrangères sont l’assemblage de composantes qui existent loin d’ici.

Le travail de Masmonteil transpire d’une poésie unique du lieu et c’est pour souligner ceci qu’on a demandé à quelqu’un de bien connu dans le monde littéraire Sudburois, Normand Renaud, de fournir un texte qui réagit aux peintures. Seulement longue de quelques lignes, cette narration s’inspire et s’informe des explorations de lieu, de non-lieu et de nostalgie pour le lieu. Tout comme l’œuvre elle-même, l’interprétation textuelle de Renaud trempe dans la dualité – il s’adresse spécifiquement à l’œuvre pendant qu’en même temps il accentue son universalité.

Nous avons délibérément jumelé un écrivain local avec un peintre de l’étranger – une relation symbolique entre le chez-soi et l’ailleurs, le familier ou l’étranger, le connu versus l’inconnu et un mécanisme qui en fin de compte souligne les contradictions et les dichotomies sous-jacentes à cette exposition.

– William Huffman, commissaire d’exposition


Cette exposition est commanditée par Dunkan Hourdequin, Le Salon du livre du Grand Sudbury, CanSign Industries . Nos commanditaires de saison sont CBON, la Première Chaîne, Espace musique, Radio-Canada Télévision | Internet, 50 Carleton, Le Voyageur et Le Loup 98,9 La voix du Nord.

Prev:
object(WP_Post)#13341 (24) { ["ID"]=> int(1511) ["post_author"]=> string(1) "9" ["post_date"]=> string(19) "2015-08-26 15:02:19" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2015-08-26 19:02:19" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(14) "Osons l'humain" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(13) "osons-lhumain" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-07-06 16:04:42" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-07-06 20:04:42" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(57) "http://gno.scottbuckingham.ca/?post_type=expo&p=1511" ["menu_order"]=> int(91) ["post_type"]=> string(4) "expo" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } <
Next:
object(WP_Post)#13368 (24) { ["ID"]=> int(1375) ["post_author"]=> string(1) "9" ["post_date"]=> string(19) "2015-08-25 16:55:25" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2015-08-25 20:55:25" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(13) "Express Wagon" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(13) "express-wagon" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2018-07-06 15:54:51" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2018-07-06 19:54:51" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(57) "http://gno.scottbuckingham.ca/?post_type=expo&p=1375" ["menu_order"]=> int(87) ["post_type"]=> string(4) "expo" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" }