Lèvres de mille neuf cent quatre-vingt-seize enseignants


Patrick Cruz


31 mai au 28 juin 2019


Exposition du 31 mai au 28 juin 2019
Vernissage le vendredi 31 mai à 20 h
Événement au Spacecraft le lundi 27 mai à 17h30


Lèvres de mille neuf cent quatre-vingt-seize enseignants

Cette exposition tente d’illustrer l’insaisissable processus qu’est la documentation et la représentation d’un endroit selon la perspective d’une personne qui n’est pas de l’endroit. Pour sa première résidence d’artiste en Ontario, Cruz se livre à l’aventure d’une performance dans le rôle d’un touriste à l’esprit critique menant librement ses recherches sur l’histoire, la mémoire culturelle et l’esthétique visuelle de la communauté qui l’accueille, en l’occurrence Sudbury.

Cruz conjure les périls de l’interprétation juste ou fausse que son projet comporte en y adjoignant sa démarche artistique : il fait appel à l’esprit ludique, qui lui sert stratégiquement comme contrepoids ou contre-vérification face aux attentes de sa recherche et de sa production. Ce point de vue paradoxal sur la présentation des faits et des fictions apparaît dans le titre même de l’exposition. Un bout de phrase tiré du livre de Stephen Nachmanovitch, Free Play: Improvisation in Life and Art, sert ici d’allusion à l’année de la fondation de la galerie du Nouvel-Ontario, 1996. Cruz rend ainsi hommage aux années qui ont passé depuis les débuts du grand rayonnement de la programmation et de l’animation que la GNO assure de nos jours.

Dans la foulée de son expérience d’immigrant venu des Philippines, les excursions aléatoires et improvisées grâce auxquelles Cruz a apprivoisé et assimilé sa nouvelle culture l’ont aussi aidé à saisir plus profondément les différences et les similitudes de diverses cultures qui ont en commun le passé colonial, la marginalisation des communautés autochtones et les emprunts culturels aux colonisateurs. Guidé par sa pratique intuitive et multidisciplinaire, Cruz s’y prend de diverses façons pour glaner et générer de l’information : il erre à la dérive dans la ville, documente ses rencontres, fait des recherches en ligne et offre de cuisiner des plats philippins en échange de témoignages oraux des habitants de la ville.

Le tout s’enchevêtre dans la subjectivité de l’artiste qui observe l’expérience orientée par les décisions discursives prises au long de son séjour. Les traces laissées par ces moments et ces rencontres, qui ne sont que quelques-unes des nombreuses possibilités de cet univers, sont recueillies, assemblées et présentées sous la forme d’une installation indéfinie. Ce portrait est une œuvre en cours qui voltige entre une docufiction sur une ville, ses habitants et son état présent.


L’artiste Patrick Cruz se sert de son expérience de déracinement dû à l’immigration de Manille, Philippines au Canada afin de traiter des thèmes de la colonisation, de mondialisation et de leurs effets sur les cultures, et ce à travers divers médiums à l’esthétique bigarrée.


Partenaire d'exposition

Prev:
object(WP_Post)#14469 (24) { ["ID"]=> int(9620) ["post_author"]=> string(1) "9" ["post_date"]=> string(19) "2018-05-10 14:43:35" ["post_date_gmt"]=> string(19) "2018-05-10 18:43:35" ["post_content"]=> string(0) "" ["post_title"]=> string(30) "Mais d'où viens-tu vraiment ?" ["post_excerpt"]=> string(0) "" ["post_status"]=> string(7) "publish" ["comment_status"]=> string(6) "closed" ["ping_status"]=> string(6) "closed" ["post_password"]=> string(0) "" ["post_name"]=> string(26) "mais-dou-viens-tu-vraiment" ["to_ping"]=> string(0) "" ["pinged"]=> string(0) "" ["post_modified"]=> string(19) "2019-01-09 11:20:06" ["post_modified_gmt"]=> string(19) "2019-01-09 16:20:06" ["post_content_filtered"]=> string(0) "" ["post_parent"]=> int(0) ["guid"]=> string(43) "http://gn-o.org/?post_type=expo&p=9620" ["menu_order"]=> int(2) ["post_type"]=> string(4) "expo" ["post_mime_type"]=> string(0) "" ["comment_count"]=> string(1) "0" ["filter"]=> string(3) "raw" } <
Next:
string(0) ""