de la part de claude

cher Ray,

ton silence me trouble. il doit se passer quelque chose. je suis loin et mon imagination s’empêtre dans des cercles vicieux où il n’y a pas de voie par laquelle je pourrais raisonnablement être près et avec toi sur ton chemin. Ray, as-tu besoin de quelque chose? merde, je vois à quel point il est ridicule de poser cette question sur ce blogue. merde. je crois qu’on a atteint là la limite d’une amitié sur un blogue. merde.

mais, mon amour pour toi est le même,

claude