Mathieu Boucher Côté et Marika Drolet-Ferguson


Né à Québec, Mathieu Boucher Côté réside présentement au Nouveau-Brunswick, lieu où il concentre sa pratique en architecture et en recherche-création.

Les nombreux déplacements qui l’ont amené à s’établir dans différents milieux à travers les années ont incité Mathieu à travailler et à se questionner sur la relation entre l’architecture, l’humain et le paysage. C’est dans ce sens qu’il s’est impliqué, avec Architectes de l’urgence et de la coopération, auprès des communautés Anishnaabe de l’Abitibi pour rénover leurs habitations de 2011 à 2013. Titulaire d’une maitrise en architecture de l’Université Laval ainsi que d’une maitrise en science portant sur l’innovation dans la construction en bois, Mathieu a contribué à plusieurs expositions et publications traitant d’architecture et il est toujours actif en recherche et en enseignement au niveau universitaire.

Dans le cadre de la FAAS 6, Mathieu et Marika vont collaborer à un projet de recherche qui explorera les multiples perceptions/couches d’un territoire par le biais de la cartographie.

 

La pratique créative de Mathieu Boucher Côté s’inscrit dans une réflexion sur l’influence de l’architecture dans la relation entre l’humain et le paysage. Son travail de réflexion s’opère principalement en rapport aux manières que nous avons d’habiter et d’entrer en relation avec le paysage, que ce soit physiquement, culturellement ou même émotionnellement.

Ses oeuvres se matérialisent aussi bien sur papier par la création de cartes que par des constructions habitables de petite envergure. L’inspiration pour la matérialisation de ses oeuvres provient principalement d’une réflexion sur les matériaux et les techniques constructives. En jouant avec leurs applications à la fois en art et en architecture, Mathieu cherche à mettre en contexte l’apport de la tradition et de l’innovation dans nos manières de construire et d’habiter le paysage.

_____

Marika Drolet-Ferguson est originaire de la Péninsule Acadienne, au Nord-Est du Nouveau-Brunswick. Son travail en photographie a été présenté lors d’expositions collectives et individuelles, notamment à la Galerie Louise-et-Reuben-Cohen (Moncton), la Galerie Bernard-Jean (Caraquet) et The Factory (Islande), puis sous forme d’oeuvres d’art public (Sheldrake, 2017 et Fogo, 2018). Elle a été artiste en résidence pour ARNA en Suède, pour Listhùs en Islande et chez Vu Photo à Québec.

Elle est chargée de cours en photographie à l’Université de Moncton de 2016 à 2018, puis en dessin à l’École d’architecture de l’Université Laval en 2018. Marika a étudié les arts visuels à l’Université de Moncton avant de compléter des études en architecture à l’Université Laval (Québec) et à l’Université de Gênes (Italie). Elle poursuit ses recherches en arts visuels conjointement avec sa pratique en architecture.

 

« Je m’intéresse au lien entre la nature et l’imagination, à la relation qui existe entre la qualité de notre environnement et l’étendue de notre pensée créative. La photographie est pour moi une pratique de l’observation. C’est par ce médium que j’explore comment les paysages qui nous entourent sont aussi ceux qui nous habitent. La lenteur du procédé argentique m’offre la liberté de découvrir ce qui se situe sous la surface des choses. En cultivant un regard sensible et attentif, mes recherches visent à développer un sentiment d’appartenance au territoire et transmettre une expérience de connexion avec la nature. »

_____

Dans le cadre de la FAAS 6, Marika et Mathieu vont collaborer à un projet de recherche qui explorera les multiples perceptions/couches d’un territoire par le biais de la cartographie.


Suivre l’artiste